mardi 12 mai 2009

La peinture à la Siaba

Je me propose aujourd'hui de vous faire partager les techniques de peintures que j'emploie, sans prétention. Je ne me prends pas pour un grand peintre de figurines, loin de là. Je peinds pour jouer et je vise à obtenir un résultat qui me convienne. Mais au fil du temps j'ai appris ou découvert des méthodes pour accélerer la peinture des figurines avec un rendu convenable.
Merci à Jean-Pierre, Fred et Boris, mes maîtres dans ce domaine.


Trés rare enluminure d'époque représentant le Grand Inquisiteur SIABA menant une hérétique au bûcher. Son crime ? Avoir peint en jaune les revers de parement des lanciers de Clèves-Berg....alors que tout le monde sait qu'ils étaient jonquille....en tout cas, à partir d'aout 1813.


1. Le Trés Saint Osprey toujours tu consulteras

...ou les foudres de Siaba tu encouras . Je suis incapable d'entamer la peinture d'une figurine sans avoir consulté ma documentation. J'essaye de regarder toutes les sources disponibles, souvent contradictoires, afin d'approcher un minimum LA vérité....ou la version de la vérité qui me plait le plus. En tout cas, ça m'évite de retoucher une figurine déjà peinte après avoir découvert que je me suis planté sur sa tenue.
Certains vivent trés bien sans ça mais, personnellement, je peux pas. Je vous narrerais un jour ce terrible accident survenu dans mon enfance où une pile d'Osprey m'est tombé sur la tête.

Pour ceux qui trouveraient la recherche d'information pénible ou couteuse, je leur rappellerais l'époque où internet n'existait pas, où quelques chanceux avaient pu se procurer des FUNCKEN dans les années 70 et où la collection Osprey comptait 50 volumes introuvables en France.
Tout ça pour dire qu'aujourd'hui une simple recherche sur Google permet de tout trouver ou presque en matière d'uniformes.



2. Sans relâche tu peindras.

OK, peut être pas mais il faut peindre régulièrement. C'est en forgeant qu'on devient forgeron et c'est en peignant qu'on devient peigneron.

Quand je montre une technique de peinture à un débutant, je m'aperçois que la principale diffèrence entre nous tient dans la rapidité et la précision du geste. Le peintre chevronné va plus vite et ne déborde pas (ou moins en tout cas). Et seule une pratique régulière permet d'avoir ça et donc de gagner du temps.



3. Soigneusement tu ébarberas.

Il n'y a rien de pire qu'une figurine magnifiquement peinte avec la ligne de moulage qui ressort. Même si ce genre de chose m'arrive souvent, j'essaye d'ébarber le plus soigneusement possible
au cutter, au scalpel, à la lime et au papier verre.



Je dois reconnaitre que, sur certaines figurines, les lignes de moulage ne disparaissent pas facilement et le passage d'un lavis peut les souligner, les rendant de nouveau visibles. Dans ce cas là, si elles se voient trop, on peut les dissimuler en peignant par dessus une fois que la figurine est terminée.





4. A la bombe tu sous-coucheras.

Là, c'est Boris qui va être content: il m'a quand même tanné pendant 10 ans pour que j'arrête de sous-coucher au pinceau. Je sous-couche en blanc mais c'est à cause de ma technique de peinture et aussi par ce que je trouve que le noir dénature les couleurs). Si vous préferez la sous-couche noire, ne changez rien.





5. Du DEVLAN MUD tu passeras.



L'avantage de la sous-couche noire est qu'elle permet de masquer les petits défauts de la peinture et qu'elle souligne les diffèrentes zones de couleurs. Pour combiner les avantages de la sous-couche blanche et de la noire, je passe un lavis de DEVLAN MUD sur les figurines.




Le lavis va assombrir les creux, ce qui évite ensuite de les peindre. Il fait ressortir les diffèrentes zone de la figurine, permettant ainsi une meilleure lisibilité....ceux qui ont déjà peint des gants couleur chair comprendront de quoi je parle.



6. Des règles tu t'affranchiras.

En ce qui me concerne, je viens du jeu de rôles et de la figurine fantastique, donc les techniques que j'ai pu lire à mes débuts étaient plus destinées à peindre des figurines de concours que des armées entières.
Ainsi, je commençais toujours par la chair et je peignais ensuite les vêtements dans l'ordre dans lequel on les enfile. Ca demandait beaucoup de précisions pour ne pas déborder sur des zones déjà peintes. Jusqu'au jour où j'ai changé d'avis et j'ai commencé par passer la couleur qui est la plus répandue sur la figurine. Certes, ça demande un peu de dextérité ensuite mais le plus gros est fait et les zones restantes seront moins travaillées.

Dans un autre domaine, réservez les passage à la brosse à dent ou à la laine de verre aux figurines 54mm de concours. Personnellement, c'est tout juste si je dégraisse les figurines en plastique ou en résine en les lavant au liquide vaisselle. En 20 ans, seul un groupe d'avions pour FOW m'a posé problème: la peinture n'accrochait pas même après un lavage au liquide vaisselle et j'ai dû finalement les nettoyer au CLEAN GREEN (dont je me sers normalement pour décaper).
Bref, expérimentez jusqu'à ce que vous trouviez une méthode qui vous satisfasse.



7. Le Saint Médium tu emploieras.

La technique que j'emploie est simple: je passe un aplat avec une couleur un peu liquide histoire qu'elle se dépose déjà plus dans les creux que sur les reliefs. ne fois qu'elle est sèche, je passe un lavis fait d'une couleur plus sombre mélangée à un peu de médium retardateur pour acrylique.


Bon, sur le bleu marine c'est pas ce qu'il y a de plus spectaculaire alors je vous montre comment je procède pour le blanc et la chair.



La consistance doit être proche de celle du lait mais, avec l'expérience, on peut la modifier afin d'obtenir des effets diffèrents.


Ok, de près c'est caca mais je vous jure qu'à distance normale ça rend bien...et si un jour, un crétin est occuppé à regarder vos figurines d'aussi près, profitez-en pour lui asséner un grand coup derrière la tête. Ca lui apprendra...
P.S: Je rigole, hein, n'allez pas taper les gens qui regardent des figurines en disant que c'est moi qui vous l'ai conseillé. De toute façon, je nierais tout.

C'est simple, rapide, la peinture va partout (cachant ainsi les petits endroits où j'ai oublié de passer l' aplat) et ne fait pas de marques en séchant. Bref, le lavis au médium acrylique c'est que du bonheur.


Pour info, la couleur noire de toutes mes figurines est faite avec cette méthode sur une couche de départ blanche ou grise.



8. Les détails tu oublieras.


Pas la peine de se casser la tête quand on peint les détails (gourdes, sangles) de figurines pour le jeu. Là, j'emploie une méthode encore plus rapide qui consiste à passer un aplat de peinture suivi, quand c'est sec, d'un lavis GAMES WORKSHOP de la couleur appropriée.
C'est largement suffisant.
Parlons des yeux maintenant. Regardez une personne à 10 mètres de distance (elle doit alors mesurer un peu plus que 25mm). Est ce qu'on voit ses yeux ? Non. Donc c'est pas la peine de perdre du temps à les faire surtout qu'on obtiendra souvent un regard exorbité ou terrifié....passons sous silence les soldats atteint de strabysme ou aux yeux de chouettes. Personnellement, je me content d'un trait marron foncé. Je fais exception pour des figurines destinées à l'escarmouche avec des yeux exceptionnellement bien gravés (comme FRONT RANK ou FOUNDRY) mais pour les autres c'est vraiment perdre du temps pour rien.
Autre chose: 80% des gens ont les cheveux noirs ou bruns. Donc, ne vous embêtez pas à faire des blonds, des roux ou des albinos surtout si les figurines ont un couvre-chef. Peignez le type de cheveux dominant, vous gagnerez du temps. De toute façon, en jeu, personne ne prêtera attention au lancier roux....le 6° à gauche au 4° rang.



9. A la bombe tu verniras.

Ca peut sembler évident pour gagner du temps mais je vois beaucoup de peintre qui vernissent au pinceau (et qui accessoirement martyrisent des insectes ailés pour savoir quel vernis mat est le plus mat....chacun son truc, moi je fais ça sur les revers de parements et les boutons de guêtre). Honnêtement, je trouve qu'on se torture généralement trop l'esprit sur le vernis.
Je passe juste une fine couche de vernis mat (là, il est super content Boris.....12 ans qu'il me tanne pour que je vernisse en mat!) en bombe GAMES WORKHOP par ce qu'il est mat et que je le trouve facilement.
J'ai des figurines non vernies, soclées pour l'escarmouche, qui ne se sont jamais abîmé et je manipule mes figurines en plastique comme mon fils ses PLAYMOBILS sans qu'elles aient subi le moindre dommage. Alors, le vernis......

11 commentaires:

Cité-en-jeux a dit…

Ma technique et l'échelle de figus que j'ai l'habitude de traiter son bien différentes des tiennes, mais je suis d'accord avec toi sur le vernis ;)

Stéphane

tsar1701 a dit…

mais techniquement, pendant que tu peint le haut, le bas il est pas codex lui, puisqu'il est encore blanc, tssss :-)

Sinon, mon humble avis sur le vernis et le sous-couchage en bombe:
le vernis il y a le risque qu'il blanchisse et que tu bousilles tout ta peinture. C'est arrivé à un pote.

Pour le sous-couchage il faut avoir un endroit pour ça, et c'est pas super évident je trouve.

Du coup je fait tout au pinceau, l'avantage 1er c'est qu'il y a pas d'odeur.

Siaba a dit…

Le vernis qui blanchit quand on le pulvérise, ça m'est arrivé plusieurs fois. Je sauve généralement une partie des figurines (oui, mon vernis ne me fait ça que quand je vernis 30 ou 50 figurines....en dessous c'est pas marrant) en les trempant dans du White Spirit ou en pasant un lavis GW dessus après que ça ait séché.
Je pense que le phénomène doit avoir quelque chose à voir avec l'humidité de l'air, la distance de pulvérisation et la quantité de vernis pulvérisée.....ou les 3. Mais comme ça me coute cher en figurines, je vais arrêter les recherches sur le sujet.

Sinon, Tsar, je dois reconnaître que je sous-couchais et vernissais au pinceau quand je vivais en appartement. Il faut avoir un endroit où on peut vaporiser comme un malade sans recrêpir les murs/meubles/enfants/animaux domestiques et aérer ensuite.

Walktapus a dit…

Pas vraiment les mêmes techniques (sous-souche en noir) mais d'accord sur le fond avec beaucoup de choses.

Ta technique d'utilisation de la boue devlan est originale.

Le vernis qui blanchit ça arrive une seule fois dans une vie. Personne ne sait pourquoi. Mais jamais deux. C'est une malédiction envoyée par le dieu du vernis.

Tu as oublié ta dernière étape : exament en détail du conseil supérieur de l'inquisition et toutes les figurines qui ont un bouton d'une couleur de travers sont brulées. Ca limite la productivité :)

Siaba a dit…

C'est pour ça que mon premier commandement concerne la lecture du Trés Saint Osprey ;o)

Pour la malédiction du Dieu du vernis, il doit m'avoir à la bonne par ce que j'y ai eu droit deux fois.....dont une en présence de Timur. Donc peut être que le Dieu du vernis vise mal quand il lance ses malédictions.
En tout cas, j'en ai pris pour deux vies...je vais continuer à vernir le coeur léger: un truc comme ça peut pas arriver trois fois.....hein, ça peut pas...

Grégory Privat a dit…

3 fois déjà que le dieu du vernis me frappe depuis l'ouverture de mon Blog... je dois l'agacer.

Timur le lent a dit…

Intéressant... mais vu la longueur de ton article, il pleuvait aujourd'hui à Carmaux ????

Walktapus a dit…

Alors là c'est soit le vernis qu'il faut changer, soit le climat à Rambouillet et à Carmaux :)

Nicofig a dit…

Ah ben c'est gentil de m'envoyer des messages subliminaux pour m'inciter à la peinture. Tu as un pdf que je scotch l'article au dessus de mon lit. mrgreen: ?

Siaba a dit…

Vu ton cas désespéré, Nico, je pense qu'il faudrait carrèment te tatouer l'article sur le visage.
;o)

el frances a dit…

J'ai eu tellement d'expérience négative avec le vernis que je m'abstiens maintenant (figurines blanchies, couleurs dénaturées, travail d'ombres et de reliefs annihilé...).
Pour ma part, je sous-couche avec le noir humbrol dilué suffisamment pour qu'il ne noircisse pas trop la figurine. Une fois sous-couchées, mes figurines semblent être en étain.