dimanche 18 janvier 2009

Au coeur de l'Afrique - bataille du 9 janvier

J'ai déjà publié ce rapport de bataille en deux endroits mais, tout le monde ne fréquentant pas les forums, je me suis permis de le publier de nouveau ici.

Afin d'oublier la froidure de l'hiver nous avons décidé de jouer dans la chaleur des jungles africaines. Retour dans l'Afrique orientale à la fin du XIX° siècle. Un officier de l'armée anglaise a pour mission de faire cesser les exactions du chef de guerre Miramango et des ses ruga-ruga (jeunes détribalisés par les conflits qui devenaient, à leur tour, bandits ou mercenaires à la solde de seigneurs de guerre).
La bataille se joue avec la règle HEART OF AFRICA. Elle oppose les ruga-ruga de Stéphane à mes anglais. Nous tirons le type de bataille dans le tableau approprié: c'est une rencontre (1 chance sur 6). Les deux armées se déploient face à face sur une table comportant un vilage abandonné en son centre.

Stéphane place deux bandes de chasseurs sur la gauche et des ruga-ruga au centre, devant ses mercenaires Massai.


Miramango se trouve là. Etant donné qu'il dirige ses troupes par la peur (et leur permet donc d'ignorer un test de moral par tour), on peut supposer que les ruga-ruga vont faire porter leur effort dans cette zone du champs de bataille. Sur la droite, il a placé une bande de chasseurs et une autre de ruga-ruga.


En face, les anglais ont placé une unité d'ascaris sur chaque flancs, des sikhs en avant du dispositif (face aux Massai....ça s'annonce viril!) devant une bande d'auxiliaires. L'officier anglais renforce l'aile gauche.


Dès le début, les sikhs avancent et déciment de leurs tirs l'unité de ruga-ruga placée devant les Massai. Les survivants sont achevés par les auxiliaires venus renforcer les sikhs dans le village. Inspiré par la présence de Miramango, les indigènes tiennent bon et ne fuient pas malgrès leur pertes.

Sur la gauche, les deux bandes de chasseurs viennent renforcer le centre tandis que les ascaris situés face à eux se mettent en position pour les prendre sous leur feu.


A droite, les chasseurs avancent vers les ascaris tandis que les ruga-ruga se dirigent vers le village abandonné. Les chasseurs chargent les ascaris, subissant de terribles pertes au tir. Les derniers survivants sont fauchés par une salve à bout portant ou finissent empalés sur les baionnettes.


Miramango fait alors sortir d'un bosquet des archers placés en embuscade. Une grêle de tirs blesse l'officier anglais et abat un de ses soldats.


Sur l'autre aile, les ascaris anglais engagent au tir une des bandes de chasseurs qui venait renforcer le centre. L'autre échappe aux tirs et se retrouve face aux sikhs. Un terrible feu de salve abat les indigènes. L'unique survivant renonce à venir se frotter aux baionnettes sikhs et préfère se replier.

Pendant ce temps, les Massai, encouragés par Miramango se rapprochent.


Les ruga-ruga de l'aile droite, impressionnés par la puissance de feu anglaise, s'approchent du centre au cas où leur chef aurait besoin d'eux.

Sur l'aile droite, les archers font s'abattre un déluge de flèches sur l'officier anglais et ses hommes. Celui-ci ordonne alors une salve suivie d'une charge à la baionnette.


C'est une catastrophe! Si quelques archers tombent, les survivants abattent deux ascaris dans le corps à corps qui s'ensuit. L'officier lui-même s'écroule, percé de flèches.


Pire, tandis que les ascaris restant sont engagés en combat rapprochés avec les archers, les ruga-ruga envoyés vers le village sont revenus sur leurs pas et s'apprêtent à leur tomber dessus.....


Au centre, les Massai chargent (enfin!) les sikhs.


Malgré les tirs, les terribles guerriers arivent au corps à corps. Un combat long et sanglant s'engage, aucun camp ne semblant disposer à céder. Finalement, le nombre joue en faveur des Massai et les derniers soldats sikhs tombent transpercés de sagaies....

Sur l'aile gauche, la dernière bande de chasseurs a chargé les ascaris. Les tirs des soldats anglais s'avèrent inefficaces et nombre d'indigènes arrivent au contact. Après un dur combat, les baionnettes et la discipline des ascaris l'emporte.

A droite, les ruga-ruga submergent les trois derniers ascaris sous le nombre et les massacrent à coups de haches et de sagaies.

Au centre, les Massai victorieux sont fauchés dans le dos par les tirs des ascaris de l'aile droite anglaise qui, après avoir vaincu les chasseurs, ont contourné un buisson d'épineux pour les prendre à revers. Les Massai défaits, encerclés par les ascaris et les auxiliaires, Miramango connait un grand moment de solitude...


C'est la fin. Avec une bande de ruga-ruga chez Miramango et une escouade d'ascaris et d'auxiliaires dans le camp anglais, la partie aurait pu continuer. Mais nous avons estimé que nous nous étions bien battus et avons préféré en rester sur une égalité.
Rendez-vous le 31 janvier, si tout va bien, pour une prochaine incursion en Afrique!!

3 commentaires:

moipasfou a dit…

Superbe rapport de bataille, dommage que l'on ne puisse zoumer les photos. Cela donne envie.

Matt a dit…

Perhaps a Sikh mountain gun may help break up the enemy first!!!

Siaba a dit…

Good idea, Matt!!
By the way, you make me remember that I have such a model. I'll paint it for the next game.